La pause opinion - archivesAccueil    

Opinions - archives


La rigueur journalistique


17-06-2018
Ces jours-ci, on parle de la Presse qui veut devenir une OBNL tout en gardant sa ligne éditoriale. C'est presque insultant. Cela me rappelle Anne-Marie Dussault qui n'a rien d'une journaliste neutre et rigoureuse. Le problème est que ce sont nos impôts qui paient pour manipuler l'opinion.

À Radio-Canada, la palme du ridicule va à Anne-Marie Dussault. Je pense que cette femme est la moins crédible du monde journaliste. Il faut entendre ses longues questions subjectives. Il faut voir ses airs moqueurs et ses rires en coin. Il faut supporter ses invités, toujours les mêmes. Ils sont choisis pour leur opinion, bien d'accord. Le problème est que, sans surprise, ils auront toujours le même parti pris.

À de rares occasions, Anne-Marie sort de son confort, par exemple lorsqu'elle affronte Marine Le Pen, puis Adil Charkaoui. Deux personnages que je ne peux digérer. Ce ne sont plus des entrevues, mais des procès. C'est du journalisme à sensation. Malheureusement, elle n'est pas à la hauteur. Ses invités spéciaux sont des experts de la répartie qui désarçonne. Dussault perd rapidement le contrôle de l'entrevue.

Entrevue avec Marine Le Pen
Entrevue avec Adil Charkaoui


Quart d'heure quotidien
Mentions légales, information sur les cookies