La pause quotidienne 2002Les chiffres sont aux analystes ce que les lampadaires sont aux ivrognes : ils fournissent bien plus un appui qu'un éclairage. (Jean Dion) www.lecturel.com







Don de sang

pause Faites-vous plaisir
Héma-Québec






Don d'organe

Si vous refusez d'être donneurs d'organes, on est d'accord pour dire que, si vous avez un accident, vous refuserez aussi d'être receveur.

Si vous êtes d'accord pour être donneurs, avez-vous fait le nécessaire ?

Au Québec : apposez votre signature au verso de la carte d'assurance-maladie et avisez les proches.

En France, la loi vous considère consentant à moins de manifester votre refus de votre vivant. Avisez les proches de votre consentement et portez un document.

En Belgique, la loi autorise le prélèvement d'organes au moment du décès de tout citoyen belge à condition que la personne décédée n'ait pas manifesté son opposition. Aviser les proches que vous n'y êtes pas opposé et remplissez un formulaire au Registre national.




pause
Les auteurs du site,
Louise et Pierre...
il y a quelques années





Calcul de l'IMC

indice de masse corporelle
(imc = kg / m2)

pieds     pouces       mètres
ou

livres               kg
ou



- Insuffisant< 18,5
- Normal18,5 - 24,9
- Embonpoint25 - 29,9
- Obésité 130 - 34,9
- Obésité 235 - 39,9
- Obésité 3> 40

Taille maximum
- Homme 94 cm
- Femme80 cm

L'IMC ne s'applique pas
- aux moins de 18 ans
- aux femmes enceintes
- aux femmes qui allaitent
- aux athlètes

Controverse
Des spécialistes québécois de la santé croient que le IMC pour l'embonpoint devrait se situer à 27 au lieu de 25.

Ils croient aussi que, le tour de taille pour un homme ne devrait pas excéder 100 cm et le tour de taille de la femme ne devrait pas excéder 90 cm.


Langues du monde
(maternelle, seconde langue)

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Chinois, mandarin
Anglais
Espagnol
Hindi
Français
Portugais
Malaisie/Indo
Arabe
Russe
Bengali
1,2 milliard
1,175 milliard
1,140 milliard
689 millions
514 millions
305 millions
270 millions
270 millions
235 millions
219 millions

Il y aurait 6 703 langues parlées
à travers le monde.



Population mondiale
7,7 milliards en 2020

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10


Chine
Inde
États-Unis
Indonésie
Pakistan
Brésil
Nigéria
Bangladesh
Russie
Japon


1,41 milliard
1,35 milliard
328 millions
266 millions
208 millions
207 millions
190 millions
160 millions
147 millions
127 millions








Mes souffre-douleurs préférés





« MIKE WARD a durement critiqué la Commission des droits de la personne mercredi, juste après son audience visant à faire annuler sa condamnation pour avoir discriminé le jeune chanteur handicapé Jérémy Gabriel. »
(JdM, 19 janvier 2020)

Au nom de la liberté d'expression, Mike Ward a le droit de blesser une personne tous les soirs pendant des mois. J'ai donc le droit de répéter ce commentaire, chaque fois que j'en ai la chance.

Dans la cour d'école, c'est de l'intimidation. Sur la scène, c'est de l'humour. En 2010, Jérémy Gabriel avait 13 ans.

Devons-nous accepter l'intimidation dans la cour d'école au nom de la liberté d'expression ? Devons-nous tolérer les messages blessants dans les réseaux sociaux au nom de la liberté d'expression ?

Si Ward s'en prenait à un enfant d'une famille riche, ça pourrait coûter cher. Dans la cour d'école, les lâches s'en prennent toujours aux plus vulnérables. Ward fait la même chose sur scène.

C'est trop facile de dire n'importe quoi. Si ça ne passe pas, on s'excuse comme l'a fait Guillaume Wagner ou pire, on ne s'excuse pas comme Ward en espérant que personne n'ait les moyens de le poursuivre. Ward le confirme en se plaignant que ce soit la Commission des droits de la personne qui le poursuit au nom du jeune chanteur.

Je ne suis pas inquiet pour Ward, il y a un public pour ce genre de méchanceté. Chaque torchon trouve sa guenille. Je dis qu'il dépasse mes bornes dans certaines blagues. La liberté tout court permet aussi au public de ne plus assister à son spectacle. Des humoristes au Québec, il y en a treize à la douzaine. J'ai le choix.

Blesser une personne pour en faire rire d'autres, ce n'est pas de l'humour mais de la méchanceté.

Condamnation : Mike Ward a été condamné à payer 42 000 $. Juge Hugues : « Un humoriste ne peut agir uniquement en fonction des rires de son public ; il doit aussi tenir compte des droits fondamentaux des personnes victimes de ses blagues ».

28 novembre 2019 : La Cour d'Appel maintient le montant de 35 000$ qu'il doit payer à Jérémy Gabriel, mais annule le dédommagement de 7 000$ à sa mère.

Ward a décidé d'aller en Cour suprême. J'ai décidé de maintenir cet article.




DOMINIC CHAMPAGNE, metteur en scène, a décidé de faire peur au monde en reprenant une phrase pondue par l'ONU, «Nous avons deux ans (nov 2018) pour agir sous peine de conséquences désastreuses». Aucun scientifique ne peut prédire que ce sera trop tard dans deux ans ni qu'il est déjà trop tard.

Depuis novembre 2020, nous savons, selon les dires de l'ONU et repris par Champagne, que nous ne pouvons plus empêcher les conséquences désastreuses.




MÉLANIE JOLY répond à une question.

Q. L'intitulé «Langues officielles» a disparu de votre ministère. Pourquoi ?

R. « Parce que nous avons une approche transversale, en fait pancanadienne. Ce qui est déplorable de l'ancien gouvernement c'était vraiment avoir développé une approche très en silo de la question du bilinguisme...»

Du pur Mélanie Joly.

---
« La femme serait vraiment l'égale de l'homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente. » (Françoise Giroud).

C'est fait. Mélanie Jolie est ministre fédéral.




HUGO LATULIPPE, candidat du NPD, a perdu ses élections. Selon lui, les électeurs conservateurs sont des ignorants et les électeurs bloquistes ne sont que des copies des partisans du Crédit social de Camille Samson. Malgré ce peu de respect pour les électeurs, il a réussi à convaincre moins de 7 % des électeurs de sa circonscription.




LES BARBARES DU XXIe SIÈCLE


Une pétition "POUR" Maripier Morin a récolté plus de 100 000 signatures. Toutes les pétitions "CONTRE" Maripier Morin n'ont reçu qu'un maximum de 2 000 signatures.

On ne fait pas de procès, on lapide. Puisqu'il semble qu'on peut le faire sans procès, permettez-moi de nommer quelques bourreaux.

Les femmes
Katherine Levac, Anne-Élisabeth Bossé, Catherine Brunet, Catherine Saint-Laurent, Juliette Bélanger-Charpentier, Magalie Lépine-Blondeau, la chanteuse Pomme qui a publié un émoji de vomi et Isabelle Giroux qui a publié un émojoli de caca (deux femmes d'une grande distinction), Jessie Nadeau, Marie-Lyne Joncas, Rosalie Vaillancourt, Jessica Barker, Marie-Soleil Dion, Mélanie Boulay.

Les hommes
Arnaud Soly, Félix-Antoine Tremblay, Alexandre Champagne, Sam Breton.

Les producteurs
«J’ai voulu savoir ce qui s’était passé, ce qu’elle avait entrepris comme démarche et ce qu’elle comptait faire. Tu as tout perdu dans ta vie, tu n’as plus rien. C’est quand même une sentence sociale extrême. Ultimement, on aurait pu la remplacer», a-t-il avoué. Il a ensuite observé qu'elle avait le «droit de se réhabiliter». (Charles Lafortune, TVA Nouvelles, 5 janvier 2021)

Maripier apprend le 5 juillet 2021 qu'elle n'aura pas le rôle qu'on lui avait promis pour ''La faille 3''. On découvre des producteurs sans couilles, dont Charles Lafortune, coproducteur.

Monsieur Lafortune, je vous suggère fortement de ne pas remplacer Maripier par une des barbares nommées ci-haut. Sinon, attendez-vous à lire dans le Journal de Montréal quelques chroniques qui ne manqueront pas de le souligner.

Divertissement au quotidien

   Quart d'heure quotidien   Santé au hasard   Histoire au hasard






Pixabay



Zéro degré Celsius équivaut à combien de degrés Fahrenheit ?

Quelle partie du corps humain est le plus souvent piquée par les insectes.


Quelle planète a les jours les plus longs ?













Une opinion


Je déteste les discussions: elles vous font parfois changer d'avis. (Oscar Wilde)



Le concept de probabilité échappe à certaines personnes.


31 juillet 2021

Excellent commentaire de monsieur Richard Tremblay sous un article écrit par Richard Martineau. (JdM, 31 juillet 2021)

« La simplicité réconforte. L’utilisation de ''tout'', ''rien'', ''toujours'', ''jamais'', aveugle, rassure, et rend toute discussion futile. »

« Même après 18 mois de pandémie, des gens supposément éduqués, pensent en noir et blanc comme des enfants. ''On peut tomber malade avec le vaccin donc il est inutile''. Comme si c’était tout ou rien. Pourtant ces mêmes personnes n’ont rien contre la ceinture de sécurité (on peut mourir en la portant), les condoms (on peut pogner une ITS avec) ou la pilule (on peut tomber enceinte avec). Le concept de probabilité, de protection accrue (mais jamais absolue) leur échappe totalement. »
(Richard Tremblay)

Le Journal de Montréal bloque mes commentaires.



Mandat de l'ombudsman


30 juillet 2021

« Le Bureau de l’ombudsman est responsable d’évaluer si les dispositions des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada sont respectées dans tous les contenus sous sa juridiction. » Ombudsman, Radio-Canada

Le journaliste Stéphane Bureau est critiqué par l'ombudsman de Radio-Canada. « L’ombudsman de Radio-Canada reproche à Bureau, non pas les questions qu’il a posées, mais les questions qu’il n’a pas posées. [...] Selon l'ombudsman, Bureau aurait dû confronter Monsieur Raoult avec plus de vigueur.» (Sophie Durocher, JdM, 30 juillet 2021).


Sébastien Benoit

En juillet 2014, le journaliste Sébastien Bovet reçoit en entrevue le Consul général d’Israël à Montréal, M. Joël Lion. Une des questions de Bovet : ''Est-ce qu'une vie dans la bande de Gaza est moins importante qu'une vie dans Israël?'' Personnellement, je trouve que cette question est une insulte. Si cette question se retrouvait dans les médias sociaux, son auteur serait accusé d'écrire des propos haineux.

J'écris à l'ombudsman de Radio-Canada.


Mon courriel

Sébastien Bovet interview le consul général d'Israël pour le Québec, Joël Lion. Il est très agressif. Il pose entre autres la question : ''Est-ce qu'une vie dans la bande de Gaza est moins importante qu'une vie dans Israël?'' CE N'EST PAS UNE QUESTION, MAIS UNE INSULTE. Le consul explique qu'Israël reçoit des roquettes et qu'il défend ses habitants. Le consul insiste pour expliquer que les habitants sont avisés d'une attaque, mais que le Hamas leur demande de ne pas bouger, de se sacrifier. Malgré cela, Bovet en remet.

Où est le professionnalisme de ce journaliste?


Réponse de l'ombudsman

Montréal, le mardi 29 juillet 2014

Monsieur Bérard,

Nous avons pris connaissance de la plainte que vous avez adressée à l’ombudsman de Radio-Canada. Comme d’habitude, il nous offre un premier droit de réponse.

Vous trouvez que chef d’antenne Sébastien Bovet a été agressif envers le Consul général d’Israël à Montréal, M. Joël Lion, le 24 juillet dernier. Lors de cette entrevue à l’émission 24 heures en soixante minutes, vous allez jusqu’à dire qu’il a insulté le consul.

Veuillez d’abord nous permettre une remarque générale : nous sommes conscients que la couverture du Moyen-Orient demande un haut niveau de précision. Dans le but de l’atteindre, nous exerçons une supervision éditoriale étroite qui s’appuie sur un ensemble de moyens. Parmi ceux-ci, mentionnons que le soin de traiter de cette question à l’antenne est confié à des journalistes expérimentés.

Leur travail, difficile en temps normal, se complique en temps de guerre. Déjà limité par le danger omniprésent, le mouvement de nos reporters sur le terrain est contrôlé par les belligérants. Cela empêche souvent la vérification des faits, ce qui prive l’action journalistique de son principal levier. Dans une guerre, vous le savez, l’information est une arme de plus aux mains des combattants. Non seulement le reportage, mais aussi l’interprétation des faits deviennent alors malaisés.

Cela étant dit, si nous commettons par mégarde une erreur à l’antenne, nous sommes heureux qu’elle soit portée à notre attention.

Pour répondre adéquatement à votre plainte, nous avons réécouté attentivement l’entrevue du 24 juillet.

Précisons d’abord le contexte : une bombe est tombée plus tôt en journée dans une école de Gaza, provoquant la mort de nombreux réfugiés. Les deux belligérants, le Hamas et Israël, se renvoient la faute. Dans un reportage présenté avant l’entrevue, notre envoyée spéciale dit qu’il est « …impossible de déterminer avec certitude, pour le moment, l’origine de cette série d’explosions». Elle interroge un représentant de l’ONU qui montre cependant Israël du doigt.

L’objectif de l’entrevue que M. Bovet mène ensuite avec le Consul général d’Israël, M. Joël Lion, est de vérifier ce soupçon. «Comment justifier cette attaque ?» demande notre chef d’antenne. Ce à quoi M. Lion répond que « … vraisemblablement, c’est une roquette du Hamas qui a été tirée sur cette école». Le consul justifie sa conclusion en s’appuyant sur un message de l’ONU. M. Bovet cite à son tour un communiqué du Secrétaire-général de l’ONU, qui semble faire porter la faute sur Israël.

L’entrevue glisse sur l’ensemble des victimes civiles du conflit, pour lesquelles M. Lion rend le Hamas responsable, car il empêcherait les habitants de Gaza de quitter les zones de combat. M. Bovet souligne ensuite la disproportion entre le nombre des victimes palestiniennes et israéliennes. Le consul rétorque que ces chiffres sont le résultat de l’utilisation, par le Hamas, des civils comme boucliers humains.

Tentant ensuite de faire admettre à son interlocuteur que c’est Israël qui a déclenché le conflit, M. Bovet lance : « Mais vous êtes l’agresseur : n’êtes-vous pas l’agresseur dans la campagne terrestre ? ». M. Lion s’en défend et invoque la légitime défense.

Quand le chef d’antenne cite le communiqué d’une agence de l’ONU sur la disproportion des forces en présence, M. Lion discrédite cette agence à laquelle participent des pays non démocratiques. Lorsque M. Bovet demande: « Tuer des civils est-il un crime de guerre ?», M. Lion répond par une question : « Se défendre est-il un crime de guerre ?» et il poursuit en invitant le journaliste à ne pas mettre sur le même pied Israël et un groupe terroriste. Le reste de l’entrevue est une répétition des mêmes arguments.

L’entrevue, nous le voyons, couvre un large terrain, de l’origine de la bombe lancée sur l’école jusqu’à la cause du conflit armé qui a commencé le 17 juillet, en passant par la légitimité d’un des belligérants. En tant que porte-parole d’une des parties, il est clair que M. Lion est sur la sellette, car M. Bovet veut des réponses franches et précises. Le ton de M. Bovet est ferme et parfois insistant, mais il n’est jamais hargneux ou irrespectueux.

Il serait erroné de considérer cet échange comme l’expression d’un parti-pris anti-israélien ou pro-palestinien de l’interviewer. Dans un entretien de ce genre, il est normal que le journaliste présente à son invité des faits et des arguments qui proviennent de sources extérieures. Vous aurez noté que les questions de M. Bovet s’appuyaient en majorité sur des communiqués officiels de l’ONU. Il est aussi normal que le journaliste mette en avant le point de vue des opposants. Cela ne révèle en rien ses opinions personnelles: ce n’est qu’un moyen de permettre à l’invité d’expliquer ses positions en allant au-delà du discours formaté.

Cette dernière façon de faire est souvent mal comprise : notre écoute d’une entrevue est inévitablement teintée par nos inclinations personnelles et il difficile d’admettre qu’un invité pour lequel nous éprouvons de la sympathie se fasse servir les arguments d’un opposant que nous ne portons pas dans notre cœur. Mais il est nécessaire, dans la recherche de la vérité, qu’un journaliste puisse poser sans entrave toutes les questions qu’il juge utiles.

Dans l’entrevue serrée du 24 juillet, vous conviendrez avec nous que M. Lion a bien réussi à livrer son point de vue. Permettez-nous aussi de souligner que, depuis le début du conflit, le consul a eu amplement l’occasion de s’exprimer sur nos plateaux. En date d’aujourd’hui, nous avons recensé quatre entrevues de M. Lyon (2 fois le 17 juillet, le 24 juillet et le 25 juillet) au cours desquelles il a disposé du temps nécessaire pour expliquer les positions de son pays.

Quant à l’intégrité de M. Bovet, nous ne croyons pas qu’il faille en douter. Il est un journaliste expérimenté et rigoureux, qui a depuis longtemps acquis la capacité de se distancier de ses opinions personnelles. À l’image des autres journalistes de Radio-Canada, il est conscient des attentes élevées du public à cet égard.

Nous espérons que ces quelques réflexions vous paraîtront utiles et vous permettront de mieux comprendre notre démarche. Nous vous rappelons que si vous le jugez nécessaire, vous pouvez de nouveau faire appel à l’ombudsman. Le Bureau de l’ombudsman est une instance indépendante (ombudsman@radio-canada.ca, 514-597-4757, sans frais 1-877-846-4737).

Nous vous prions de recevoir, Monsieur Bérard, l’expression de nos sentiments distingués.

Luc Simard Directeur, Diversité et Relations citoyennes, Radio-Canada

​ -------------------------

Ceci ne répond pas du tout à ma question.

Je suis entièrement d'accord avec tout ce qu'écrit l'ombudsman. Le problème est que dans sa réponse, il n'y a aucun commentaire sur la question de Bovet : ''Est-ce qu'une vie dans la bande de Gaza est moins importante qu'une vie dans Israël?''



Trudeau: le plus décourageant est qu'il gagnerait
(Joseph Facal, JdM, 29 juillet 2021)


29 juillet 2021

« Justin Trudeau risque fort d’être réélu, de façon majoritaire, tout simplement parce que le seul parti qui pourrait le déloger n’arrive pas à s’affirmer. » (Joseph Facal)

Monsieur Facal, le PCC n'arrive pas à s'affirmer parce qu'il est très mal servi par les médias. En novembre 2018, Andrew Scheer dit qu'il est contre l'aide du gouvernement fédéral aux médias. Unifor annonce ''qu'il serait le pire cauchemar de Andrew Scheer au cours des prochains mois.'' Bravo pour la supposée neutralité des journalistes. Le syndicat Unifor est présent dans plusieurs secteurs, dont les médias. Il compte plus de 17 000 membres du secteur des médias.

On tremble devant le PCC parce qu'il y a des députés pro-vie. On tremble parce que certains sont trop religieux. On tremble parce que les conservateurs ne se préoccupent pas de l'environnement.

Il est certain que certaines positions du PCC ne sont pas les miennes. Par contre, pendant les neuf ans de Harper à la tête du Canada, les députés pro-vie n'ont rien changé et les religieux conservateurs n'ont convaincu personne. Pour ce qui est de l'environnement, Trudeau n'est pas mieux. Trudeau va à l'encontre de ses promesses électorales en achetant un oléoduc avec l'argent du gouvernement pour y acheminer le pétrole issu des sables bitumineux. Harper a diminué la taxe fédérale de 2 %, ce qui touche tout le monde. Trudeau a donné de l'argent (CPU) aux jeunes pour qu'ils restent à la maison alors qu'il y a pénurie de main-d'oeuvre.

Le Journal de Montréal bloque mes commentaires.



Dubaï cause des inondations avec des drones
(Agence QMI, JdM, 24 juillet 2021)


26 juillet 2021

Si Dubaï en pleine sécheresse peut créer de la pluie artificielle suffisamment pour causer des inondations, ne pourrait-on pas faire de même pour les nombreux feux de forêt, dont ceux au Canada ?

Il y a quelques années, les scientifiques ne s'entendaient pas sur les conséquences négatives de l'iodure d'argent sur l'écosystème. Aujourd'hui, les drones de Dubaï n'utilisent pas d'iodure d'argent, mais émettent plutôt des impulsions électriques dans les nuages.



Forces armées: à quoi a servi leur héroïsme ?
(Dominique Lelièvre, JdM, 26 juillet 2021)


26 juillet 2021

Reportage en 2021

« Le président Joe Biden a justifié sa décision de retirer les troupes américaines de l’Afghanistan en laissant entendre que les conditions idéales d’un désengagement étaient hors de portée, et que les principaux objectifs du pays avaient été remplis, notamment chasser Al-Qaïda et neutraliser Oussama ben Laden, à la suite des attentats de septembre 2001. » (Dominique Lelièvre, JdM, 26 juillet 2021)


Reportage en 2020

« En décidant de retirer une partie de ses troupes d’Afghanistan, Donald Trump prend le risque d’ouvrir la porte à l’influence, limitée mais grandissante, des adversaires régionaux des États-Unis. » (AFP, JdM, novembre 2020)

La décision de Donald Trump de retirer les troupes américaines d’Afghanistan était mal vue par l'Agence France-Presse. Pourtant, la même décision de Biden (retirer les troupes américaines d’Afghanistan) est bien reçue ! Pourquoi ?

Réponse évidente : les journalistes censés être neutres ne le sont pas du tout. Majoritairement, on est d'accord pour affirmer que Trump a tous les défauts du monde et qu'il ne doit plus être élu. En même temps, j'espère que vous serez d'accord pour dire que les journalistes ne sont pas plus fiables que l'énergumène Trump en ce qui concerne les "fake news".

Le Journal de Montréal bloque mes commentaires.



Archives - 2021
Archives - 2020
Archives - 2019
Archives - 2018






La femme

  • Sexy ne veut pas dire salope.
  • Attirante ne veut pas dire allumeuse.
  • Accessible ne veut pas dire fille facile.
  • Timide ne veut pas dire coincée.
  • Amoureuse ne veut pas dire prête à tout.
  • Femme ne veut pas dire objet.


L'homme

  • Tous les hommes ne sont pas misogynes.
  • Tous les hommes ne sont pas agressifs.
  • Plus de muscle ne veut pas nécessairement dire moins d'intelligence.
  • Chercher une rencontre sexuelle ne veut pas dire être maniaque sexuel.
  • «Grosse corvette, p'tite quéquette», une expression de jaloux.





Fédéralisme




Il est temps de dépoussiérer Ottawa. Commençons par...



  • Un Sénat canadien dont les sénateurs sont nommés par les provinces.
  • Un Canada sans la reine et ses inutiles gouverneur et lieutenants-gouverneurs.
  • La langue officielle de chaque province doit être de juridiction provinciale. Le Canada bilingue est une utopie pondue par P. E. Trudeau. En fait, il y a huit provinces anglophones, une bilingue (Nouveau-Brunswick) et une francophone (Québec).


Séparatisme



René Lévesque et Jacques Parizeau ont dit :



« En parlant du Canada : « Il faut quand même noter qu'on n'est pas dans un goulag! » (René Lévesque 1984)

« Mon Dieu, je botterais le derrière de quiconque au Québec qui ne saurait parler l'anglais. En effet, à notre époque, un petit peuple comme nous se doit de le parler. » (Jacques Parizeau, Time Magazine, 1992)

---

Deux sondages Léger



Juillet 2020


Le 3 juillet 2020, un nouveau sondage Léger pour la Presse : « Il y a maintenant 80% des Québécois qui se disent fiers d’être Canadien. »

Jean-Marc Léger : « C’est le plus haut taux que je n’ai jamais mesuré en 35 ans. »
(Source : La Presse)


Octobre 2020


La part de Québécois qui voterait Oui à un référendum demeure stable. À 36 %, «ça reste dans le taux historique, c’est constant», note M. Léger. «Les moins de 55 ans sont beaucoup moins souverainistes que les plus de 55 ans. C’est un constat qui frappe, c’était l’inverse en 1995», souligne le sondeur Jean-Marc Léger. (JdM, 24 octobre 2020)
(Source : Journal de Montréal)


Question



En juillet 2020, 80% des Québécois se disaient fier d'être Canadien. Trois mois plus tard, en octobre, 36% des Québécois voteraient oui à un référendum. Monsieur Léger, pouvez-vous nous expliquer cette différence en si peu de temps ?



Suggestion : modification au système électoral québécois


13 octobre 2020

On se plaint avec raison qu'un parti politique peut être élu majoritaire avec seulement 37% de l'électorat.

  • Tous les quatre ans, chaque parti politique présente des candidats dans toutes les circonscriptions (pas de changement ici).
  • Le premier ministre et les ministres sont ensuite élus par les 125 députés. Il n'y a donc pas de parti politique au pouvoir.
  • À tout moment, les députés peuvent voter pour remplacer un ministre.

Ce changement ne coûterait rien à la société et rien n'empêche de revenir à l'ancien mode électoral si l'essai est décevant.

L'Assembée nationale 2018

Sur les 125 députés de l'Assemblée, 67 ont été élus pour le première fois.

CAQ, 74 députés, (37% des votes en 2018)

  • Andrée Laforest, Chicoutimi
    Ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, ministre de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean
  • André Lamontagne, Johnson
    Ministre de l'Agriculture, des Pêches, ministre responsable du Centre-du-Québec
  • Benoit Charette, Deux-Montagnes
    Ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et ministre responsable de la région de Laval
  • Caroline Proulx, Berthier
    Ministre du Tourisme
  • Chantal Rouleau, Pointe-aux-Trembles
    Ministre déléguée aux Transports, ministre responsable de la métropole et de la région de Montréal
  • Christian Dubé, La Prairie
    Ministre de la Santé et des Services sociaux
  • Danielle McCann, Sanguinet
    Ministre de l’Enseignement supérieur
  • Éric Caire, La Peltrie
    Ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale
  • Éric Girard, Groulx
    Ministre des Finances
  • François Bonnardel, Granby
    Ministre des Transports, ministre responsable de la région de l'Estrie
  • François Legault, L'Assomption
    Premier ministre
  • Geneviève Guilbault, Louis-Hébert
    Vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la Capitale-Nationale
  • Ian Lafrenière, Vachon
    Ministre responsable des Affaires autochtones
  • Isabelle Charest, Brome-Missisquoi
    Ministre déléguée à l'Éducation, Ministre responsable de la Condition féminine
  • Jean Boulet, Trois-Rivières
    Ministre de Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, ministre responsable de la Mauricie
  • Jean-François Roberge, Chambly
    Ministre de l'Éducation
  • Jonatan Julien, Charlesbourg
    Ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable de la région de la Côte-Nord
  • Lionel Carmant, Taillon
    Ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux
  • Marguerite Blais, Prévost
    Ministre responsable des Aînés et des Proches aidants
  • Marie-Chantal Chassé, Châteauguay
    Ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
  • Marie-Eve Proulx, Côte-du-Sud
    Ministre déléguée au Développement économique régional, ministre de Chaudière-Appalaches, Bas-Saint-Laurent, Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine
  • Mathieu Lacombe, Papineau
    Ministre de la Famille, ministre responsable de la région de l'Outaouais
  • Nadine Girault, Bertrand
    Immigration, Francisation et Intégration, Relations internationales et Francophonie
  • Nathalie Roy, Montarville
    Ministre de la Culture et des Communications et de la Langue française
  • Pierre Dufour, Abitibi-Est
    Ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec
  • Pierre Fitzgibbon, Terrebonne
    Ministre de l'Économie et de l'Innovation, ministre responsable de la région de Lanaudière
  • Simon Jolin-Barrette, Borduas
    Ministre de la Justice, de la Langue française, de la Laïcité et de la Réforme parlementaire, de l'Accès à l'information et de la Protection des renseignements personnels Leader parlementaire du gouvernement et responsable de la région de la Montérégie
  • Sonia LeBel, Champlain
    Conseil du Trésor, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, ministre responsable des Institutions démocratiques, de la Réforme électorale et de l’Accès à l’information.

PLQ, 28 députés, 25% des votes

  • Dominique Anglade, Saint-Henri–Sainte-Anne
    Chef du Parti libéral

QS, 10 députés, 16% des votes

  • Gabriel Nadeau-Dubois, Gouin
    Porte-parole, leader parlementaire, éthique, éducation supérieure
  • Manon Massé, Sainte-Marie-Saint-Jacques
    Porte-parole, chef parlementaire, affaires autochtones, changements climatiques, réforme du mode de scrutin

PQ, 7 députés, (17% des votes en 2018)

  • Paul St-Pierre Plamondon, aucun siège
    Chef du Parti québécois

Indépendants, 6 députés

  • Guy Ouellette, Chomedey
    Expulsé du Parti libéral
  • Catherine Fournier, Marie-Victorin
    A quitté le Parti québécois
  • Harold LeBel, Rimouski
    Expulsé du Parti québécois
  • Denis Tardif , Rivière-du-Loup–Témiscouata
    Expulsé de la CAQ
  • Louis-Charles Thouin, Rousseau
    Expulsé de la CAQ
  • Sylvain Roy, Bonaventure
    A quitté le Parti québécois

  • Le président du caucus dirige les délibérations du caucus de son groupe parlementaire.
  • Le whip assure la cohésion et l'assiduité au sein de ce groupe.
  • Le leader parlementaire est le principal stratège. Il conseille le groupe en matière de procédure parlementaire.






La Chambre des communes 2019

338 députés

PLC, 157 députés, 33,1% des votes, gouvernement minoritaire

  • Justin Trudeau,
    Papineau (Qc)
    Premier ministre.

PCC, 121 députés, 34,4% des votes

  • Erin O'Toole ,
    Durham (Ont.)
    Chef du parti.

Bloc, 32 députés, 7,7% des votes

  • Yves-François Blanchet,
    Beloeil—Chambly (Qc)
    Chef du parti.

NPD, 24 députés, 15,9% des votes

  • Jagmeet Singh,
    Burnaby-Sud (C.-B.)
    Chef du parti.








 
Chéri, dis moi ce que tu préfères : une femme jolie, ou une femme intelligente ?
 
      pause
pause
 
Ni l'une, ni l'autre, chérie, tu sais bien que je n'aime que toi.
 
pause


Mentions légales, information sur les cookies
/pause/ok