La pause quotidienne 2002Tuiles en campagne électorale 2018 - QuébecAccueil     






  PLQ

  • Gertrude Bourdon, candidate libérale, s'est excusée pour avoir enfreint la loi en utilisant des données personnelles des électeurs pour leur souhaiter «bonne fête». Non élue.
  • Nadine Riopel, candidate du PLQ, qualifie certains engagements du PLQ de «pacotilles». Non élue.
  • Philippe Couillard a reconnu que son ministre des Finances Carlos Leitao avait dépassé les bornes au printemps en accusant la CAQ de prêcher le nationalisme ethnique.
  • Pierre Paradis fait l’objet d’une enquête criminelle pour fraude, abus de confiance et usage de faux documents en lien avec son allocation de logement payée par les fonds publics. Non élu.
  • Le député François Ouimet doit laisser sa place à un autre candidat. Il est député libéral depuis 1994. Quelques jours auparavant, monsieur Couillard l'avait assuré du contraire.
  • Gertrude Bourdon a visité le PQ et la CAQ pour finalement choisir le PLQ. La procédure du CHU (alors dirigée par madame Bourdon) pour les appels d'offres n'était pas conforme.
  • D'un côté, Gaétan Barrette suggère que l'UPAC fasse la lumière sur le prêt de 55 000 $ fait au caquiste Éric Caire. De l'autre côté, il défend la gestion de madame Bourdon au CHU.
  • Marwah Rizqy et Christine St-Pierre reprochent à François Legault d'être «sexiste» et de pratiquer du «féminisme de façade». Monsieur Couillard avait promis une campagne propre.
  • Mohammed Barhone, candidat libéral, s'est excusé pour avoir accusé la Caq de préparer des jours difficiles aux ressortissants étrangers. Il avait soutenu que les femmes portant le hijab ne pourraient plus recevoir de services de l’État sous un gouvernement de la CAQ. Non élu.



  CAQ

  • M. Legault s'est défendu d'avoir divulgué l'identité de sa source au grand jour, pour ensuite affirmer qu'il l'avait révélée au nom de la «vérité».
  • Isabelle Brais, épouse de François Legault, a pris la parole lors de l'assemblée de la CAQ à Westmount pour excuser d'avoir déclaré l'été dernier que Trudeau père était brillant, mais pas le fils.
  • François Tremblay, candidat caquiste, a qualifié un ex-conseiller de charognard (novembre 2017). Il a aussi qualifié d'autres proches de l'ancien maire de Saguenay, Jean Tremblay, de métastases. Il y a quelques jours, a envoyé un message à un homme d'affaires de La Baie dans lequel il se moquait de ses difficultés à avoir un enfant.
  • La CAQ avait préciser que Christian Dubé n’aurait pas droit à sa prime de départ de la Caisse de dépôt puisqu’il a quitté volontairement après moins de quatre ans de service. Dans les faits, Christian Dubé a encaissé à son départ un pactole de 1,8 million $ en primes de performance différées.
  • Stéphane Le Bouyonnec était associé à une entreprise faisant des prêts à taux d'intérêt élevés en Ontario (légal dans cette province). A démissionné.
  • Éric Caire a contracté en 2017 un emprunt de 55 000 $ à un maire d’une municipalité située dans sa circonscription.
  • Monsieur Legault n'est pas à la conférence de presse sur la défense de la gestion de l’offre
  • Cafouillage lors du dévoilement de l’équipe économique.
  • Le candidat, Benoit Rochefort, loue une de ses propriétés sur le service Airbnb alors qu'un règlement municipal de Saguenay l'interdit. Non élu.
  • Le candidat, Youri Chassin, est reconnu pour ses positions critiques sur la gestion de l’offre en agriculture.
  • Monsieur Legault n'est pas au défilé gai. On apprend qu'il n'a jamais participé à ce défilé.
  • Ian Lafrenière parle d'ingérence politique dans les affaires policières. La CAQ est invitée à expliquer ces propos.
  • Le candidat Christian Dubé est opposé à l’exploitation des hydrocarbures au Québec, même si la CAQ y est favorable.
  • François Legault savait que son candidat, Stéphane Laroche, avait enfreint la loi en laissant entrer des mineurs dans son bar. Mais il avait passé l'éponge. Lorsque la nouvelle est devenue publique, Legault l'a évincé.
  • Contrairement à François Legault, la députée caquiste Geneviève Guilbault ne croit pas que la qualité des services est meilleure en CPE qu’en garderie privée (mai 2018).
  • Le candidat caquiste Simon Allaire a commis 16 infractions au code de la route entre 2004 et 2018.
  • Lors de ses quatre années à la Caisse de Dépot, M. Dubé a déclaré n’avoir jamais «parlé» de Lumenpulse à son épouse qui avait des actions et était administratrice de l'entreprise. Pendant cette période, la Caisse a investi plusieurs millions de dollars pour l’achat d’actions de Lumenpulse.
  • Dans le débat des chefs du 13 septembre, Legault affirme n'avoir jamais dit de couper en éducation. Une vidéo publié par le PLQ démontre le contraire. Il a effectivement déjà affirmé que les compressions en éducation étaient «souhaitables».
  • M. Legault souhaite expulser les immigrants qui ne réussissent pas un test de français après trois ans. Ce qu'il ne dit pas, c'est qu'ill ne le pourra pas puisque que l'immigration est de juridiction fédérale. Aucun des partis fédéraux lui accorderaient ce droit.



  PQ

  • En parlant du ministre Luc Blanchette, Lisée à dit : «Éloignez de moi ce câlice».
  • Michèle Blanc, candidate péquiste, a insinué que le blogueur Xavier Camus qui l'a critiquée était pédophile. Lisée lui pardonne.
  • Dans un de ses blogues, Michèle Blanc a utilisé le mot «nègre» au sujet d’un employé de Bell Canada. Non élue.
  • Une organisation juive pour le Québec dénonce les propos écrits dans un blogue de Michèle Blanc publié en 2007. "Si les hassidiques veulent tellement se couper du reste du monde, pourquoi ne font-ils pas comme d'autres sectes extrémistes qui se réfugient dans le milieu des bois (...)". L'organisation juive souligne aussi qu'en 2011 Michèle Blanc a "tweeté" : "Merde, j'ai oublié de fêter l'anniversaire de Hitler la semaine dernière!". Lisée soutient que le PQ ne reculera pas sur la liberté d'expression.
  • Muguette Paillé est évincée pour des propos jugés islamophobes. Lisée ne pardonne pas.
  • Pierre Marcotte est évincé pour des propos jugés islamophobes. Lisée ne pardonne pas.
  • En 2011, le député Guy Leclair avait plaidé coupable pour conduite avec facultés affaiblies. En juillet 2018, il est de nouveau accusé de conduite avec facultés affaiblies. Lisée dit: "Pour l'instant, il est accusé, il n'est pas condamné". Guy Leclair retire finalement sa candidature pour ne pas nuire au PQ.
  • Lisée exige qu’Éric Caire mette fin à sa carrière politique. Pourtant, il garde dans ses rangs :
    1. Joel Arseneau, un candidat déjà condamné par la Cour supérieure à rembourser 26 000 $ et qui a été interdit de siéger sur un conseil municipal pendant 5 ans. Élu.
    2. Gaétan Lelièvre, un député péquiste, qui a reconnu avoir reçu des cadeaux de firmes d’ingénieurs alors qu’il était maire de Gaspé et donnait des contrats à ces mêmes firmes. Il a quitté la politique.
    3. Samuelle Ducrocq-Henry, une candidate qui a été condamnée à payer une amende de 10 000$ pour avoir vendu une pouliche avec un vice caché. Non élue.
    4. Le candidat Jean-Philippe Thériault, entrepreneur en marketing, a payé une amende de 8 000 $ en 2016 pour avoir sollicité des personnes qui avaient demandé à ne pas être appelées. Un service Bell permet à tout abonné d'interdire la sollicitation par téléphone. Les entreprises doivent s'y soumettre sous peine d'amendes. Non élu.



  QS

  • QS veut imposer à la Caisse de dépôt et placement un seuil d’investissement de 5 % de ses actifs dans des initiatives de transition écologique comme l’électrification des transports. Or, le portefeuille de la société d’État compte déjà 6 % d’investissements « sobres en carbone ».
  • Vincent Marissal a nié avoir approché le Parti libéral du Canada (PLC). Il s'est ensuite excusé d'avoir menti.
  • QS a publié un message en anglais sur son compte Twitter dans lequel il était écrit que «l’anglais est une langue officielle du Québec et du Canada». Mme Massé a accrédité ces propos lors d'une conférence de presse. Elle a dû se rétracter deux jours plus tard en confirmant que la seule langue officielle au Québec est le français.




Le mythe des promesses électorales non tenues ?

Tenir une promesse signifie « la réaliser ». Tenir des promesses électorales semble signifier « en réaliser le plus possible ». Il est faux de dire que les politiciens ne tiennent pas leurs promesses puisqu'ils en réalisent plus de 80%.

  • Harper avait fait 140 promesses. Il en a réalisé 119 (85%) pendant ses 9 années au pouvoir. Polimètre Harper*

  • Pauline Marois avait fait 113 promesses. Elle en a réalisé 58 (51%) pendant ses 18 mois à la tête d'un gouvernement minoritaire. On peut penser qu'avec un gouvernement majoritaire, comme les autres, elle aurait réalisé plus de 80% de ses promesses électorales. Polimètre Marois*

  • Couillard avait fait 158 promesses. Il en a réalisé 128 (81%) pendant ses 4 années au pouvoir. Polimètre Couillard*

  • Trudeau avait fait 353 promesses. Il en a réalisé 287 (81%) pendant ses trois premières années au pouvoir. Polimètre Trudeau*

* L'université Laval fait le suivi des promesses électorales depuis Harper au Canada et Marois au Québec.



Mentions légales, information sur les cookies