La pause lecture 2002     Accueil
Le fascisme, ce n’est pas d’empêcher de dire, c’est d’obliger à dire. (Roland Barthes)


Histoire

10 titres au hasard

Liste complète


Quart d'heure quotidien



Adrien Arcand


1899 - 1967
Journaliste et homme politique canadien


Adrien Arcand naît à Montréal le 3 octobre 1899. Il étudie à l'Université McGill. Son premier travail comme journaliste est au journal La Patrie où il écrit pour le monde ouvrier. Rendu au journal La Presse, Adrien tente de fonder un syndicat, ce qui lui vaut d'être renvoyé en 1929.

Adrien publie plusieurs journaux nationalistes, dont « Le Goglu », un journal satirique. En 1930, l'idée de créer un réseau scolaire juif le révolte. Il dévoile son antisémitisme. En 1932, il appuie ouvertement Hitler et se voit comme le « führer canadien ».

En 1934, Adrien Arcand fonde le Parti national social-chrétien. Les membres, nommés « les Chemises bleues », portent l'uniforme et un brassard orné de la croix gammée. Le parti est anticommunisme et préconise la déportation des Juifs canadiens à la baie d'Husdon.

En 1938, le Parti d'Arcand fusionne avec le Parti des provinces des Prairies. Il est nommé chef du Parti de l'unité nationale du Canada. En 1940, accusé d'être une menace pour la sécurité, Arcand est interné à Petawawa pour la durée de la guerre. Son parti est déclaré illégal pour la même période.

Après la guerre, Arcand minimise l'Holocauste. Le Parti connaît une certaine remontée. En 1949, il se présente comme candidat de l'Unité nationale dans la circonscription fédérale de Richelieu-Verchères. Il arrive deuxième avec 29% des voix. En 1953, Arcand arrive deuxième avec 39% des voix dans la circonscription de Berthier.

En 1965, six cent cinquante partisans assistent à un discours d'Adrien Arcand au Centre Paul-Sauvé à Montréal.

Adrien Arcand décède le 2 août 1967.

Ses talents d'orateur et de séduction sont remarqués même par la Ligue contre l'antisémitisme : « ... ses grandes qualités en font le plus dangereux antisémite canadien ».

Selon l'auteur Jean-François Nadeau, les Canadiens, particulièrement les Québécois, veulent tellement oublier cette période sombre qu'Adrien Arcand et son parti n'apparaissent que superficiellement dans les livres d'histoire.

Pierre Bérard

 


Mentions légales et information sur les cookies.




Alimentation Histoire
AuteursJournée
Chanteurs, eusesLa Terre
CinémaLieux à visiter
CompositeursMaison et autour
Corps humainPeintres
DiversSanté
Faune et floreSciences
GéographieSports