La pause lecture 2002     Accueil
J’ai vengé bien d’innocentes victimes, j’ai prévenu bien d’autres désastres. Le peuple, un jour désabusé, se réjouira d’être délivré d’un tyran. (Charlotte Corday)


Histoire

10 titres au hasard

Liste complète


Quart d'heure quotidien



Charlotte Corday


1768 - 1793
Charlotte de Corday d'Armont
Révolutionnaire française


Charlotte Corday voit le jour le 27 juillet 1768. Son père est gentilhomme normand, mais sans argent. Au décès de sa mère en 1782, Charlotte est prise en charge par une institution où sont accueillies de jeunes filles pauvres issues de la noblesse.

En février 1791, Charlotte Corday retourne vivre chez son père. Quelques mois plus tard, elle s'installe chez sa tante à Caen. Charlotte défend ses idées et sa position favorable à la Révolution qui débuta en 1789.

En 1792, le roi est fait prisonnier, ses serviteurs exécutés.

Les députés de la Révolution sont divisés en deux groupes, les Girondins et les Jacobins. Jean-Paul Marat, député jacobin, encourage les exécutions. Ces exécutions sont dénoncées par les Girondins.

La rage révolutionnaire force les Girondins à fuir. Certains se retrouvent à Caen où ils organisent des réunions. Charlotte Corday, scandalisée par les agissements et les déclarations de Marat, participe aux réunions.

En juillet 1793, Charlotte se rend à Paris. Le 13 juillet, elle se présente chez Jean-Paul Marat et insiste pour le voir. La maladie de Marat l'oblige à prendre de nombreux bains. Il est toujours dans son bain lorsque Charlotte Corday le poignarde mortellement. Elle est maîtrisée par les gens de la maison et conduite à la prison de l'Abbaye.

Le 17 juillet 1793, le tribunal condamne Charlotte Corday à la peine de mort. Elle est exécutée le jour même.

de Pierre Bérard

 


Mentions légales et information sur les cookies.




Alimentation Histoire
AuteursJournée
Chanteurs, eusesLa Terre
CinémaLieux à visiter
CompositeursMaison et autour
Corps humainPeintres
DiversSanté
Faune et floreSciences
GéographieSports