La pause lecture 2002     Accueil
La science consiste à passer d'un étonnement à un autre. (Aristote)


Sciences

10 titres au hasard

Liste complète


Quart d'heure quotidien



Georges Cuvier


1769 - 1832
Naturaliste et zoologiste français


Georges Cuvier naît à Montbéliard le 23 août 1769. Il étudie (en allemand) à l'Académie de Stuttgart de 1784 à 1788, puis devient tuteur dans une famille en Normandie. Dans ses temps libres, il dissèque de petits animaux pour en étudier l'anatomie et lit beaucoup d'ouvrages traitant d'histoire naturelle.

Il travaille ensuite pour le gouvernement local où il montre ses talents de naturaliste. Cuvier devient professeur d'anatomie au Musée National d'Histoire à Paris en 1795. Il occupe ensuite différents postes au gouvernement et continue à faire de l'enseignement et de la recherche au musée.

Ses recherches le mènent à classer les animaux en quatre embranchements : les vertébrés (squelette osseux avec colonne vertébrale), les articulés (araignée, scorpion, acarien... ), les mollusques (escargot, huître... ) et les radiaires (oursins, étoiles de mer...).

Selon l'Église de l'époque, toutes les espèces animales créées par Dieu ne peuvent pas disparaître. Les fossiles retrouvés seraient des espèces toujours existantes dans des endroits encore inexplorés. Malgré cette croyance, Cuvier, un fervent protestant, croit tout de même que l'extinction de certaines espèces est réelle.

Le naturaliste Étienne Geoffroy Saint-Hilaire croit à l'évolution des espèces (évolutionnistes). Cuvier croit au contraire qu'il n'y a pas de changement des espèces au fil des âges (fixistes). L'époque est témoin d'une querelle entre les évolutionnistes et les fixistes.

En 1817, il dissèque le corps d'une femme de l'Amérique du Sud, Saartjie Baartman, surnommée la Vénus hottentote, dans le but de faire progresser la science sur la connaissance de l'humain. Il fait une description raciste et sexiste de cette personne, la décrivant comme état plus proche du singe que de l'homme. La réputation de Georges Cuvier est assombrie par ce rapport.

Georges Cuvier décède du choléra le 13 mai 1832.



 


Mentions légales et information sur les cookies.




Alimentation Histoire
AuteursJournée
Chanteurs, eusesLa Terre
CinémaLieux à visiter
CompositeursMaison et autour
Corps humainPeintres
DiversSanté
Faune et floreSciences
GéographieSports