Vous avez beau ne pas vous occuper de politique, la politique s'occupe de vous tout de même. (Charles de Montalembert)

www.pquebec.com/pause


Honoré Mercier

1840 - 1894
Premier ministre du Québec


Honoré Mercier voit le jour le 15 octobre 1840 à Saint-Athanase d'Iberville. Son père ayant été partisan des Patriotes en 1837, transmet son amour de la patrie à Honoré. Il ne termine pas ses études en droit.

À vingt et un ans, Honoré trouve un emploi dans un bureau d'avocats. L'année suivante il devient éditeur du « Courrier de Saint-Hyacinthe » où il fait connaître ses opinions politiques en faveur des Canadiens français. Il s'oppose entre autres au projet de confédération. Mercier quitte le journal et s'endette pour poursuivre ses études de droit. Accepté au Barreau en 1865, il ouvre son bureau d'avocat à Saint-Hyacinthe.

En 1871, Honoré Mercier devient membre du Parti national nouvellement créé, mais ses idées ne plaisant pas, il est contraint de quitter le parti en 1874.

En 1878, il se présente aux élections sous la bannière du Parti libéral mais il est battu. Il est finalement élu à l'Assemblée nationale l'année suivante. Ses talents d'orateur le rendent très populaire. Il devient chef du Parti libéral en 1883. En 1885, Mercier rallie les politiciens québécois à la défense de Riel, condamné à mort par le premier ministre fédéral MacDonald.

Honoré Mercier est élu Premier ministre du Québec en 1886. Il est à la tête d'une conférence interprovinciale où plusieurs provinces adoptent 26 résolutions afin d'augmenter l'autonomie des provinces. L'année suivante Mercier se bat contre la conscription qui force les Québécois à se battre dans des guerres «qui ne nous concernent pas».

Sous Mercier, les francophones catholiques du Québec se répandent partout dans la province, même dans les Cantons de l'Est, région majoritairement anglophone et protestante.

Il est réélu Premier ministre en 1890. En 1892, son gouvernement est éclaboussé par un scandale concernant le réseau ferroviaire. Mercier organise une commission d'enquête. Avant de connaître l'issu de la commission, le lieutenant -gouverneur, nommé par Ottawa, démet Mercier de ses fonctions de Premier ministre. Accusé de détournement de fonds publics, Mercier est finalement acquitté.

De nouvelles élections ont lieux en 1892, le Parti libéral de Mercier ne récolte que 12 sièges à l'Assemblée nationale.

En 1893, il est réélu en tant que député pour le Parti libéral, le chef du parti est maintenant Gabriel Marchand. À la suite d'un discours mémorable, Mercier est soupçonné de rêver à une république indépendante. Aujourd'hui, il est considéré comme un symbole du nationalisme québécois.

Honoré Mercier décède le 30 octobre 1894.

de Pierre Bérard
21 décembre 2007







Recherche personnalisée


Mentions légales