Le médicament est un outil puissant et potentiellement dangereux qui, trop souvent, est utilisé soit maladroitement, soit inutilement. (Dr Serge Mongeau et Marie Claude Roy L.Ph.)
Accueil www.pquebec.com/pause




Industrie pharmaceutique



La plupart des grandes entreprises de l'industrie pharmaceutique sont des multinationales fort puissantes qui veillent à s'assurer des taux de profit élevés, quel qu'en soit le prix. Ces entreprises n'hésitent devant rien pour maintenir leur position privilégiée. Quand par exemple le Parti socialiste du Sri Lanka a pris le pouvoir et a tenté de jeter les bases d'une industrie pharmaceutique locale, les multinationales du médicament ont tout fait pour aider à renverser ce gouvernement. Quand le Chili d'Allende a voulu fixer le prix des médicaments pour les rendre plus accessibles à l'ensemble de la population et éviter les profits excessifs, l'industrie pharmaceutique a répondu par un boycottage de ses approvisionnements, privant rapidement le pays de médicaments essentiels. Mais comme la plupart du temps les intérêts des pouvoirs en place et ceux de l'industrie coïncident, de tels heurts sont relativement rares. C'est au niveau de la qualité de ses produits et des conséquences sur des millions d'humains que l'industrie pharmaceutique manifeste l'absence la plus totale de respect pour la vie.

Pour les médecins préoccupés de maximiser les bénéfices qu'ils peuvent tirer du système de rémunération à l'acte (Régie de l'assurance-maladie du Québec), la prescription d'un médicament s'avère souvent une aubaine. Écrire une ordonnance et la tendre au patient requiert moins de temps que d'expliquer ce qu'il faudrait changer dans ses habitudes.

La plupart du temps, nos contacts avec la médecine se sont soldés par une ordonnance de médicaments. Nous avons intégré l'équation MALADIE (malaise, symptômes) = MÉDICAMENT.

Si votre médecin est du genre à vous prescrire un médicament nouveau à chaque visite que vous lui faites, à s'acharner à faire disparaître par un médicament tout symptôme que vous éprouvez, il est sans doute temps de songer à changer de médecin.

Certains médicaments sont essentiels : contrôle de la pression artérielle, le diabète ou autres maladies mais, dans la majorité des cas, une visite chez le médecin ne doit pas obligatoirement se terminer par une prescription. Demandez au médecin une alternative au médicament et, suivez son conseil. Ne jamais oublier que les médicaments ont des effets secondaires. Vaut-il la peine de prendre un médicament pour un rhume pour ensuite ressentir des maux d'estomac ? Le rhume, avec ou sans médicaments, prendra le même temps à disparaître. Il est plus sage, et tellement agréable, de se dorloter avec un bouillon chaud, se tenir au chaud et faire la lecture du livre qu'on n'a jamais eu le temps de lire. 'Le rhume et la grippe constituent une mine d'or pour l'industrie pharmaceutique qui réussit à faire acheter des produits le plus souvent inutiles.'

Ne JAMAIS arrêter ou modifier la quantité de médicament prescrit sans en parler au médecin, même si vous vous sentez mieux. Si vous avez des doutes, consultez un autre médecin.


Le texte ci-haut décrit bien la réalité d'aujourd'hui, pourtant ces lignes ont été écrites en 1988.

Extraits du Dictionnaire des Médicaments, Dr Serge Mongeau et Marie Claude Roy L.Ph., édition Québec / Amérique, 1988

de Pierre Bérard
11 mars 2007





AVERTISSEMENT : : Le texte ci-haut est à titre d'information seulement. Seul un médecin peut diagnostiquer une maladie. Aucun traitement (médication ou régime) ne devrait être entrepris sans l'avis d'un professionnel de la santé.


Au Québec : téléphone 8-1-1
Joindre en tout temps une infirmière en cas de problème de santé non urgent. (24 heures / 7 jours)







Recherche personnalisée


Mentions légales