La pause lecture pib 2002     Accueil
J'ai toujours essayé de dire ce que je pensais (Jean Ferrat)


Chanteurs
10 titres au hasard




Quart d'heure quotidien










Jean Ferrat

1930 - 2010
Jean Tenenbaum
Chanteur, auteur, compositeur français

Jean Ferrat naît à Vaucresson le 26 décembre 1930. Son père est un joaillier juif, sa mère, une ouvrière. Son père décède dans un camp de concentration à Auschwitz en 1942. Pour aider la famille, Jean commence à travailler à l'âge de quinze ans. Il poursuit en parallèle des études de chimie.

Au début des années 1950, Ferrat travaille comme aide-chimiste et fait partie d'une troupe de comédiens. Il chante dans des cabarets sous le nom de Jean Laroche.

Ferrat commence à se faire connaître en 1956 grâce à la musique qu'il écrit pour « Les yeux d'Elsa », une chanson interprétée par Jean Claveau. Son premier succès sur disque est « Ma Môme », en 1960. Il enregistre un premier 33 tours en 1961.

Jean Ferrat écrit « Deux enfants au soleil » pour une grande amie, Isabelle Aubret.

Bien que communiste dans l'âme, Ferrat n'hésite pas à dénoncer Moscou lors de l'invasion de Prague en 1968. En 1980, il dénonce le stalinisme dans la chanson « Le bilan ».

En 1969, Ferrat, Brassens et Brel sont à débattre à l'émission de Jean-Pierre Chabrol lorsqu'un ordre de la direction demande ''que Ferrat chante mais qu'il ne parle plus''. Des protestations suivent, l'équipe est renvoyée.

Il fait ses adieux à la scène et s'installe en 1973 en Ardèche, dans une résidence achetée en 1964.

Par des lettres ouvertes, Jean Ferrat s'attaque au système commercial, l'accusant de s'intéresser plus à l'aspect financier que créatif des artistes. Il se bat pour la non-violence, il est contre le racisme et appuie le féminisme. La chanson « Nuits et brouillard » évoque la déportation des juifs.

Jean Ferrat décède le 13 mars 2010.


Quelques chansons

- Deux enfants au soleil, 1961
- Nuit et brouillard, 1963
- Nous dormirons ensemble, 1963
- C’est beau la vie, 1963
- Que serais-je sans toi ?, 1964
- On ne voit pas le temps passer, 1965
- Aimer à perdre la raison, 1971

de Pierre Bérard



Mentions légales



Alimentation Histoire
AuteursJournée
Chanteurs, eusesLa Terre
CinémaLieux à visiter
CompositeursMaison et autour
Corps humainPeintres
DiversSanté
Faune et floreSciences
GéographieSports