Joseph Ignace Guillotin
Joseph Ignace Guillotin
    La pause lecture 2002     Accueil
Les adversaires de la peine de mort guillotineraient volontiers les partisans de la peine de mort. (René Barjavel)


Histoire

10 titres au hasard

Liste complète


Quart d'heure quotidien



Joseph Ignace Guillotin


1738 - 1814
Médecin et député français


Joseph-Ignace Guillotin voit le jour en France le 28 mai 1738. Son père est avocat. Joseph étudie pendant sept ans la théologie chez les Jésuites puis se tourne vers la médecine en 1763. Il est docteur en 1770. Il enseigne à la Faculté de Médecine de Paris et possède son cabinet de médecin. Il épouse Elise Saugrain en 1787.

En 1788, Guillotin participe à la Pétition des citoyens de Paris. La pétition demande qu'un tier des députés (les Tiers) soient élus par le peuple (les deux autres tiers étant la noblesse et le clergé). La pétition réclame aussi la liberté de presse. Le roi est scandalisé par la méthode utilisée (pétition), mais le fond l'intéresse et les demandes de Guillotin sont adoptées en 1789. Guillotin est élu la même année.

La noblesse, craignant la chute de la monarchie, demande au roi de retirer les députés du Tiers. Les députés du Tiers se rencontrent alors dans une autre salle. La salle est fermée par ordre du roi et Paris est occupée par l'armée. Le peuple se soulève et devient maître de Paris le 14 juillet 1789 (Révolution française).

Guillotin propose que la loi protège et punisse tous les citoyens de façon égale. Ainsi, la peine de mort se fera par décapitation, peu importe le rang de l'accusé, rendant ainsi l'exécution moins barbares. Auparavant les nobles, condamnés à mort, étaient décapités au sabre tandis qu'un simple citoyen était, selon l'accusation, roué, écartelé, boulli vif, brûlé ou pendu.

En 1791, un député appuyé par Robespierre, Voltaire et autres personnages influents demande à l'Assemblée l'abolition de la peine de mort. L'Assemblée supprime les supplices, mais conserve la peine de mort. On convient que la décapitation est la façon la plus humaine pour une exécution.

La machine pour la décapitation est finalement mise au point. Elle prend le nom de guillotine, malgré les protestations de Guillotin, à cause de ses réflexions humanitaires (l'exécution est instantanée contrairement à une décapitation avec le sabre). La machine est adoptée par Louis XVI en mars 1792 et la première exécution a lieu le mois suivant.

En septembre 1792, les guillotines sont utilisées à outrance. Il s'agit d'une période sombre de la Révolution appelée « les Massacres de septembre ». En 1793, les exécutions continuent toujours, le moindre suspect est exécuté. Louis XVI est décapité en janvier 1793, Marie-Antoinette, en octobre de la même année.

En 1799, Guillotin travaille à populariser la vaccination contre la variole. Le clergé s’y oppose. Guillotin rencontre le pape Pie VII qui approuve le vaccin. Le vaccin devient obligatoire en 1813.

Il décède à Paris le 26 mars 1814.



 


Mentions légales et information sur les cookies.




Alimentation Histoire
AuteursJournée
Chanteurs, eusesLa Terre
CinémaLieux à visiter
CompositeursMaison et autour
Corps humainPeintres
DiversSanté
Faune et floreSciences
GéographieSports