La pause lectureIl y a toujours dans la pensée une certaine quantité de rébellion intérieure. (Victor Hugo) Accueil


Histoire

10 titres au hasard

Liste complète


Quart d'heure quotidien



Louis Riel


1844 - 1885
Chef métis canadien


Louis Riel voit le jour à Saint-Boniface, au Manitoba, le 22 octobre 1844. Élève prometteur remarqué par l'évêque, Louis est envoyé dans un séminaire de Montréal pour y étudier la prêtrise. Il quitte le collège en 1865 et se trouve finalement un emploi de clerc chez un avocat.

Louis se fiance à Julie Guernon, mais la famille de sa fiancée refuse toute union avec un Métis, il doit rompre son engagement. Après avoir travaillé à Chicago puis dans le Minnesota, il retourne à Rivière Rouge près de Saint-Boniface en 1868.

L'arrivée de nouveaux colons anglais et les travaux de recensement à Rivière-Rouge irritent les Métis. Riel dénonce le recensement et demande qu'une entente pour le lotissement des terres soit d'abord négociée avec les Métis. La nomination de l'anglophone McDougall au poste de gouverneur déclenche les hostilités. Riel s'empare du Fort Gary et propose une convention pour garantir les droits des Métis.

Les Métis instaurent un gouvernement provisoire, Riel est nommé président du comité. Scott, un des Anglais du Parti canadien contre les Métis, est fait prisonnier et exécuté à la demande de Riel. En 1870, le Canada signe un accord sur les revendications des Métis, sauf pour les membres du gouvernement provisoire. Riel se réfugie aux États-Unis.

Louis Riel revient au Manitoba en 1871 et est élu député indépendant. L'année suivante, Macdonald, par l'entremise de l'évêque Taché, lui offre une prime pour qu'il retourne aux États-Unis. Riel accepte, mais revient quelques mois plus tard. Un mandat d'arrestation est alors émis. Riel se rend à Montréal. Une récompense de 5000 dollars pour sa capture l'empêche de siéger à la Chambre des communes. Riel s'installe à Plattsburgh.

Lépine, un compagnon de Riel, est condamné à mort pour le meurtre de Scott. Les Québécois demandent la clémence pour Lépine et Riel. La peine est commuée et Riel a l'amnistie à la condition de s'exiler pendant cinq ans.

Louis Riel connaît une période perturbée par des problèmes de santé mentale. Il est interné à l'asile sous un faux nom de 1876 à 1878. À sa sortie, il retourne aux États-unis où il devient commerçant. En 1882, il se marie avec Marguerite Monet avec qui il a trois enfants. Le troisième enfant décède à sa naissance en octobre 1885.

En 1884, Les Métis du Manitoba, ayant des conflits sur la propriété des terres, demandent à Riel de revenir afin de soutenir leur cause. En décembre de la même année, Riel envoie un texte à Ottawa. La réponse est défavorable. Un gouvernement provisoire est créé. Riel et ses hommes prennent des otages. Ils sont appuyés par les Indiens.

Riel est fait prisonnier lors de la bataille de Batoche contre les Canadiens en mai 1885. La rébellion est un échec.

Le procès de Riel, accusé de trahison, a lieu à Regina. Il est déclaré coupable le 31 juillet 1885 et condamné à mort. Un des jurys aurait déclaré plusieurs années plus tard que Riel a été pendu pour le meurtre de Thomas Scott et non pour trahison comme le mentionnait l'accusation.

Louis Riel décède par pendaison à Regina le 16 novembre 1885.

Louis Riel est aujourd'hui considéré comme un héros par la majorité des Canadiens.

de Pierre Bérard

 



Mentions légales et information sur les cookies.





Alimentation Histoire
AuteursJournée
Chanteurs, eusesLa Terre
CinémaLieux à visiter
CompositeursMaison et autour
Corps humainPeintres
DiversSanté
Faune et floreSciences
GéographieSports