Pierre Seel
    La pause lecture 2002     Accueil
C'est très difficile pour un acteur américain qui veut faire carrière d'être ouvertement homosexuel. (Ian McKellen)


Histoire

10 titres au hasard

Liste complète


Quart d'heure quotidien



Pierre Seel


Homosexuel français déporté en 1941


Pierre Seel naît à Haguenau le 16 août 1923. Son père tient un magasin de pâtisserie.

En 1939, Pierre se fait voler sa montre dans un parc de Mulhouse. Le parc est réputé être un lieu de rencontre d'homosexuels. Il déclare le vol à la police. À son insu, son nom est ajouté à une liste d'homosexuels tenue par la police. Après ses études, Pierre devient vendeur dans une boutique.

Le 3 mai 1941, Pierre Seel est arrêté. Il est torturé et violé avec un morceau de bois, puis envoyé en prison. Le 13 mai, il est transféré dans un camp à Schirmeck. Son ami de coeur, Jo, y est sauvagement tué par des chiens enragés devant les prisonniers obligés d'assister à la scène. Les homosexuels sont mal reçus par les autres prisonniers. Il ne mange pas à sa faim, subit de mauvais traitements et doit faire des travaux forcés.

Pierre Seel est libéré le 6 novembre 1941 après avoir prêté serment de garder le secret sur son expérience. Il devient citoyen allemand et doit se rapporter à la Gestapo tous les jours.

Il reçoit une formation militaire et devient aide de camp d'un officier allemand à Vienne. Il travaille quelque temps dans un aéroport militaire. Il est incorporé, bien malgré lui, à la Wehrmacht (armée allemande) le 15 octobre 1942. Il sillonne l'Europe en combattant aux côtés des Allemands. En Yougoslavie, alors que son unité combat la résistance locale, Seel se fait blesser. Il est muté dans un poste administratif à Berlin.

Seel est envoyé au front russe. La défaite allemande devient imminente. Son commandant l'invite à déserter avec lui. L'officier est tué. Seel se rend aux Russes. Seel est en Pologne lorsque l'armistice est déclaré le 8 mai 1945. Il arrive en France le 7 août. Seel doit mentir sur sa véritable histoire.

Revenu à Mulhouse, Seel note une augmentation d'agressions homophobes. Même sa famille évite le sujet, certains font des blagues humiliantes, son parrain le déshérite. L'homosexualité est un péché mortel chez les catholiques de l'époque. Il passe quatre années difficiles, puis décide de renoncer à son homosexualité. Il se marie le 30 septembre 1950.

Le premier enfant du couple décède à la naissance. De 1952 à 1957, le couple a trois enfants. Seel est toujours confus au sujet de sa sexualité. Dans les années 1970, il commence à prendre des tranquillisants. Le couple se sépare en 1978. Il commence à boire. Un de ses fils le convainc de se joindre à un groupe de soutien.

En 1982, en réponse aux attaques homophobes de l'évêque de Strasbourg, Seel écrit une lettre ouverte adressée à l'évêque. À partir de ce moment., il tente de faire reconnaître les victimes homosexuelles du nazisme, entre autres ceux qui furent annexés de force à l'Allemagne nazie.

Dans les années 1980 et 1990, Seel est souvent battu par de jeunes homophobes. Catherine Trautmann, alors maire de Strasbourg, refuse de lui serrer la main. En 1994, il publie « Moi, Pierre Seel, homosexuel déporté ».

Pierre Seel décède le 25 novembre 2005.

de Pierre Bérard








Alimentation Histoire
AuteursJournée
Chanteurs, eusesLa Terre
CinémaLieux à visiter
CompositeursMaison et autour
Corps humainPeintres
DiversSanté
Faune et floreSciences
GéographieSports