La pause lectureIl existe un moyen infaillible pour dire quand un politicien ment : il remue les lèvres. (Felicity Kendall) Accueil


Divers

10 titres au hasard

Liste complète


Quart d'heure quotidien



Robert Boulin


1920 - 1979
Homme politique français


Robert Boulin naît à Villandraut le 20 juillet 1920. Il est décoré de la Croix de guerre pour son travail dans la Résistance lors de la Deuxième Guerre mondiale. En 1958, il est élu député de l'Union pour la nouvelle République, un parti fondé pour soutenir le général de Gaulle. L'année suivante il est maire de Libourne. Toujours réélu, Robert Boulin occupe différentes fonctions ministérielles. De 1978 à 1979, il est ministre du Travail.

En octobre 1979, des journaux reçoivent une lettre anonyme accusant Boulin de l'acquisition illégale d'une garrigue. Boulin se défend sur les ondes d'Europe 1 en disant qu'il a « l'âme et la conscience tranquilles. Peut-être plus que vous ne le pensez, parce qu'il y a des choses que je ne peux pas dire ici. »

Le corps de Robert Boulin est retrouvé le 30 octobre 1979 dans un étang de la forêt de Rambouillet. L'enquête conclut au suicide : noyade après l'absorption de barbituriques. La famille du défunt, des journalistes et des hommes politiques contestent la thèse du suicide, soutenant qu'il s'agit d'un complot politique.

La fille de Robert Boulin dénonce plusieurs anomalies dans l'enquête : des lettres modifiées, disparition d'archives, le corps portait des coups, certaines preuves dissimulées avant l'enquête, des lettres de menaces adressées à Robert Boulin...

Alexandre Sanguinetti, politicien, confie à Jean Charbonnel, aussi politicien, qu'il s'agit d'un assassinat et lui mentionne deux noms de politiciens qui seraient impliqués. Charbonnel révèle cette information en 2009. Selon la fille de Sanguinetti, Boulin aurait découvert « un réseau de financement occulte » de certains partis politiques.

En avril 1987, la famille Boulin demande l'exhumation des récipients contenant les prélèvements d'organes. Les prélèvements devant se trouver sous un monument, selon la Justice, n'y sont pas. En juillet de la même année, on annonce que le réfrigérateur contenant les prélèvements de poumon du défunt a été forcé et vidé.

La famille a toujours contesté la thèse du suicide. En février 2011, la famille demande la réouverture de l'enquête à la suite du témoignage télévisé du gendarme ayant découvert le corps de Robert Boulin. Francis Deswarte affirme : « Je suis catégorique, Robert Boulin n’est pas mort noyé. Ce n’est pas possible. Il était quasiment à quatre pattes. La tête hors de l’eau. »

de Pierre Bérard

 



Mentions légales et information sur les cookies.




Alimentation Histoire
AuteursJournée
Chanteurs, eusesLa Terre
CinémaLieux à visiter
CompositeursMaison et autour
Corps humainPeintres
DiversSanté
Faune et floreSciences
GéographieSports