Scandale des commandites
Scandale des commandites
    La pause lecture 2002     Accueil
Une injustice dont nous profitons s'appelle la chance ; une injustice dont un autre profite s'appelle un scandale. (Louis Dumur)


Histoire

10 titres au hasard

Liste complète


Quart d'heure quotidien



Scandale des commandites



De 1997 à 2003, le gouvernement du Canada (Jean Chrétien est premier ministre) fait une campagne de publicité pour promouvoir un Canada uni et lutter contre la montée du séparatisme au Québec.

Le scandale éclate lorsque la vérificatrice du Canada, Mme Fraser, découvre des factures pour des montants exagérés provenant de plusieurs agences de publicité québécoises. La vérificatrice publie un rapport en novembre 2003. Le « scandale des commandites » éclate.

Jean Chrétien démissionne à l'automne 2003. Paul Martin, nouveau premier ministre, crée la commission Gomery dont le but est de déterminer les responsables du scandale. Le gouvernement de Paul Martin, étant minoritaire, est renversé en novembre 2005.

Des hommes politiques, des fonctionnaires et des agences de publicité sont impliqués. Une partie des argents gagnés par les agences retournait dans les coffres de l'organisation du Parti libéral du Canada.

On apprend, lors de certains témoignages, que les caisses du Parti québécois et du Parti libéral du Québec ont aussi reçu de l'argent de façon illicite. En réponse à ces déclarations, Bernard Landry, alors chef du Parti québécois, dit que son parti remboursera les sommes en cause. Pour sa part, Jean Charest, chef du Parti libéral du Québec, dit : ''Si vous trouvez une autre personne qui opère de façon illégale dans le parti, avisez-nous.' Nous aurions bien aimé entendre dire : ''On va tout faire pour que cela ne se reproduise plus'.

Après la parution du rapport du juge John Gomery, quelques procès ont lieu et quelques personnes sont condamnées à quelques... mois de prison.

Toute cette histoire a laissé un goût amer chez les Canadiens. Ce scandale a éclaté parce que les factures étaient ridiculement élevées. Et si, aujourd'hui, les factures étaient surélevées, mais pas suffisamment pour attirer l'attention ?



 


Mentions légales et information sur les cookies.




Alimentation Histoire
AuteursJournée
Chanteurs, eusesLa Terre
CinémaLieux à visiter
CompositeursMaison et autour
Corps humainPeintres
DiversSanté
Faune et floreSciences
GéographieSports