La pause lectureUn statisticien est une personne qui peut avoir la tête dans un four et les pieds pris dans la glace et dire qu'en moyenne il se sent bien. (Benjamin Dereca) Accueil


Sciences

10 titres au hasard

Liste complète


Quart d'heure quotidien



Sigmund Freud


1856-1939
Phychanalyste autrichien


Sigmund Freud est né le 6 mai 1856 en Autriche. Son père, négociant en textile, fit faillite. Freud obtint tout de même son baccalauréat à 17 ans, et fut diplômé en médecine en 1881. Il s'intéressa à la neurologie.

Fondateur de la psychanalyse, il pense qu'à l'origine des troubles névrotiques se trouvent des désirs oubliés en rapport avec le complexe d'Oedipe* et inconciliables avec les autres désirs ou avec la morale. Ces désirs refoulés continuent à exister dans l'inconscient, mais ne peuvent faire irruption dans la conscience qu'à condition d'être défigurés.

C'est ainsi que, outre les symptômes névrotiques, se forment les rêves et les actes manqués (l'Interprétation des rêves, 1900; Trois Essais sur la théorie de la sexualité, 1905).

1910, il fonde l'IPA (International Psychoanalytic Association), par rapport à laquelle tous les mouvements, tendances et institutions nationales se situeront après lui.

1912, Il énonce une théorie anthropologique qui permet de comprendre à la fois la constitution dans l'histoire de l'humanité du complexe d'Oedipe et la prédominance des systèmes patriarcaux dans les sociétés humaines (Totem et tabou).

1920, il oppose pulsion de vie et pulsion de mort et propose un nouveau modèle de l'appareil psychique: le moi, le ça et le surmoi (au-delà du principe de plaisir).

Il analyse également les grands problèmes de la civilisation (Avenir d'une illusion, 1927 ; Malaise dans la civilisation, 1930 ; Moîse et le monothéisme, 1939).

En 1934, les nazis brûlent ses livres à Berlin. Il fuit l'Autriche en 1938 et meurt à Londres en 1939.


* Complexe d'Oedipe : ensemble structuré d'affects** d'amour et d'hostilité que l'enfant éprouve envers ses parents.

** Affect : Se dit, en psychanalyse, de l'émotion, de la charge émotive liée à la satisfaction d'une pulsion qui, lorsqu'elle est refoulée, se convertit en angoisse ou détermine un symptôme névrotique.


Réf.: Larousse encyclopédique illustré 1997

de Pierre Bérard

 



Mentions légales et information sur les cookies.





Alimentation Histoire
AuteursJournée
Chanteurs, eusesLa Terre
CinémaLieux à visiter
CompositeursMaison et autour
Corps humainPeintres
DiversSanté
Faune et floreSciences
GéographieSports