La pause lecture 2002     Accueil
Faire parler un homme politique sur ses projets et son programme, c'est comme demander à un garçon de restaurant si le menu est bon. (Jean Dutourd)


Histoire

10 titres au hasard

Liste complète


Quart d'heure quotidien



Sir George-Étienne Cartier


1814 - 1873
Homme politique canadien


George-Étienne Cartier naît à St-Antoine-sur-Richelieu (Bas-Canada) le 6 septembre 1814. George-Étienne commence ses études de droit en 1831, if fait sa cléricature chez le notaire Édouard Rodier. Il est reçu au Barreau du Bas-Canada en 1835.

Membre des Fils de la Liberté, il participe à une bataille lors de la rébellion de 1837. Des mandats d'arrestation sont émis, il doit s'exiler aux États-Unis. L'amnistie ayant été déclarée, Cartier revient à Montréal en 1839 pour y poursuivre sa carrière d'avocat.

Il se fait remarquer par sa voix forte, ses plaidoiries spectaculaires et ses connaissances approfondies du droit. Les compagnies de chemins de fer et les Sulpiciens comptent parmi les clients du bureau d'avocat de Cartier.

Il se fait élire dans Verchères en 1848, puis devient chef du Parti bleu. Ses discours sont rudes mais percutants. Son parti s'associe au Parti conservateur du Haut-Canada. C'est ainsi qu'il devient copremier ministre avec John A. Macdonald de 1857 à 1862. Cartier défend avec énergie les intérêts des Canadiens français.

George-Étienne Cartier milite en faveur d'une fédération des provinces. En 1858, il présente le projet à la reine Victoria à Londres. Le premier gouvernement sous la Confédération canadienne (Dominion du Canada) siège le 1er juillet 1867. Cartier est nommé ministre de la Milice et de la Défense. Il reçoit le titre de « Sir » en 1868.

Cartier travaille sur la création de la province du Manitoba, puis de la Colombie-Britannique. En 1872, il présente un projet de loi pour la construction d'un chemin de fer à travers le pays. Cartier a depuis longtemps des relations d'affaires avec les compagnies de chemin de fer. Le contrat étant accordé à un ami, le scandale éclabousse Cartier et le gouvernement.

Il est défait aux élections de 1872. Il en profite pour se rendre à Londres soigner une néphrite, un problème qui dure depuis des années.

George-Étienne Cartier décède à Londres le 20 mai 1873. Il est inhumé au cimetière Notre-Dame-des-Neiges à Montréal.

de Pierre Bérard

 


Mentions légales et information sur les cookies.




Alimentation Histoire
AuteursJournée
Chanteurs, eusesLa Terre
CinémaLieux à visiter
CompositeursMaison et autour
Corps humainPeintres
DiversSanté
Faune et floreSciences
GéographieSports